25 avril 2012

Alexia, tome 1 : Quand Nous Etions Morts de Francesc Miralles







      Résumé du livre      

C’est l’histoire de Christian, un jeune Espagnol de 17 ans qui, en perdant son frère jumeau, a perdu le goût de vivre. La seule chose qu’il aime encore : errer dans les cimetières comme une âme en peine, de la musique classique plein les oreilles, en lisant les grands Romantiques. Jusqu’au jour où il entend un chant étrange, comme venu d’outre-tombe, un chant féminin qui le touche au plus profond de son être. Un chant... ou peut-être un rêve ? Deux mois plus tard, il la rencontre enfin. Alexia. Un seul regard et, pour la seconde fois, sa vie bascule.







      Mon avis      

Que dire de ce roman à part qu'il m'a laissé complètement mitigée ?

Alexia est un roman assez sombre, de part l'histoire que part les personnages. On est bien loin de l'idée que je me faisais de ce livre, et je dois avouer que la lecture de la première moitié du roman à été plutôt laborieuse.

Le style de l'auteur est simple, presque enfantin. La narration est à la première personne d'un point de vue masculin. Les chapitres sont très courts, et les personnages ne sont que survolés. Pas de détails, pas de descriptions poussées de leur caractère et de leur personnalité. On ne connait d'eux que le strict minimum. Les dialogues sont creux et pas recherchés pour un sou.

La première image que je me suis faite des personnages, c'est une bande d'adolescents désœuvrés qui cherchent à se faire passer pour des gothiques, des Pâles comme ils se nomment eux-même. On se croirait dans une tentative de parodie ratee.
Heureusement, l'histoire prend un chemin un peu plus engageant que sur lequel elle semblait vouloir s'éterniser. L'évènement dramatique auquel l'auteur fait allusion depuis le début se précise. La réticence que m'inspirait ce bouquin fait peu à peu place à de l'intérêt. Cependant, je n'accroche toujours pas aux personnages, et leur fascination morbide pour la mort et les cimetières est, à mes yeux, un peu trop poussée à l’extrême. Ca en est presque dérangeant. Un road-trip dans les plus célèbres cimetières d'Europe ? Mouai, mais bon à la limite pourquoi pas. C'est d'ailleurs à partir de là que l'histoire prend de l'ampleur et une tournure totalement différente de ce qu'on aurait pu imaginer. Il faut dire que l'intrigue est très bien menée, et qu'on ne se doute de rien jusqu'à ce que l'auteur nous dévoile le fin mot de l'histoire. Je dirais même que c'est à partir de ce moment là qu'on se rend compte à quel point Christian à mûrit par rapport au début de l'histoire. S'il est toujours enfermé dans sa mélancolie, il retrouve néanmoins, grâce à Alba, un certain équilibre, même si celui-ci ne dure pas longtemps.

Bref, ce bouquin m'a laissée sceptique et un peu blasée. Le maitre mot de ce livre ? Clichés clichés clichés.... C'est d'ailleurs bien dommage parc'qu'un peu plus travaillé et moins ancré dans les stéréotypes, ce livre aurait pu rendre quelque chose d'intéressant.


      Ma note      

Pas terrible...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire